Le Globe de la science et de l’innovation, symbole du CERN à Genève

Après une année d’efforts de rénovation, le Globe de la science et de l’innovation a été rouvert au public le 19 avril 2016. L’occasion pour ses créateurs, messieurs Dessimoz (architecte) et T. Büchi (ingénieur bois) de revenir sous la «couronne» de ce symbole du CERN. L’édifice fait près de 30 mètres de haut. Cette oeuvre est bien connu chez les
habitants de Genève. Si vous êtes venus à Neuchâtel lors de l’exposition nationale en 2002 vous devez inévitablement le reconnaître c’était le Palais de l’équilibre. Plus de deux millions de visiteurs y sont entré. Ensuite la confédération l’a offert à l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire à l’occasion de ses 50 ans et depuis 2004 il est devenu le symbole de l’établissement. Maintenant il s’est offert un rafraichissement. Thomas Büchi, PDG de Charpente Concept et maitre charpentier, rappelle qu’ils avaient déjà réalisé un film pour raconter l’aventure du développement durable et ses problématiques. Ce qui est merveilleux c’est que le Conseil européen pour la recherche nucléaire a engagé les travaux afin que ce bâtiment soit dans un état idéal durant les 4 prochaines décénnies. Les problématiques qu’ils avaient, les architectes et ingénieurs, pour planifier la réfection du Globe fut assez élevé du fait qu’ils devaient démonter tout le claustra extérieur, changer les arcs et pour ça bâtir à l’intérieur du globe une immense tour d’échafaudage pour reprendre l’importante charge que représente le poids de la couronne et des arcs intérieurs. Le cahier des charges était clair : réaliser des travaux de pérennisation afin de le rendre durable pour une durée de quarante ans et ce n’est que justice du fait que c’est quand même le symbole national du développement durable et c’est ça qu’il incarnait à l’expo 02.

Selon Hervé Dessimoz, directeur et architecte de Groupe H, c’était bâtiment destiné à sensibiliser les gens aux principes du développement durable. Ce dont il est très fier dans cette réalisation c’est que ce n’était pas seulement la conception qui est intéressante mais aussi la scénographie. Cette opération a permis de décider de mesures d’accompagnement qui permettront de conserver le bois contre les intempéries, en particulier contre l’eau, et au même moment amener la beauté qu’il avait au départ. Nous avons changé l’ensemble des pièces exposées aux intempéries afin de les rendre durables et pour que ce pavillon qui est maintenant l’emblème du laboratoire européen pour la physique des particules puisse rayonner partout sur la planète pendant des dizaines d’années. Le Globe est un point de repère à Genève visible depuis toute l’arête du Jura et surtout que nous voyons depuis toute la cité de Meyrin. La communauté du laboratoire européen pour la physique des particules ne songe plus au Palais de l’équilibre mais voit désormais le Globe et s’est approprié le lieu.
Rafael Villar, ingénieur civil HES pour la société Charpente Concept, ajoute que le cabinet a collaboré pendant plus de dix-sept ans sur ce projet, ça a été un symbole de la confédération et c’est dorénavant un symbole du Conseil européen pour la recherche nucléaire mais c’est un emblème pour l’entreprise Charpente Concept aujourd’hui, une opportunité dès le début que la confédération leur ait fait confiance et une opportunité dorénavant que le laboratoire européen pour la physique des particules et conserve cette confiance envers eux et leur a délégué les responsabilités de rénovation sur la durée.
Charlotte Warakaulle, directrice des relations internationales du CERN a apprécié le travail avec les architectes et les ingénieurs.
Carlo Wyss, directeur des accélérateurs du laboratoire européen pour la physique des particules a toujours souhaité associer la connaissance des sciences et le développement durable dans le but de faire circuler l’idée que sans connaissance scientifique, on ne peut pas réellement affronter les problématiques de demain et de notre planète, tellement exigeante et interconnectée.
Carlo Wyss poursuit en disant qu’il avait visité Neuchâtel et que le Globe l’avait énormement impressionné et plu. A l’époque il était à la recherche d’un bâtiment qui puisse représenter un symbole sur le site du Conseil européen pour la recherche nucléaire. Il a alors rempli le dossier de candidature du laboratoire européen pour la physique des particules. Au final, c’est monsieur Pascal Couchepin qui a fait cadeau du Globe de l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire sur le cinquantième anniversaire du CERN. Aujourd’hui que tout est terminé c’est pour Carlo Wyss une grande satisfaction qu’il ait été possible de le rénover avec énormément de connaissances et de professionalisme et de la rendre durable pour les 50 ans à venir.
Le Globe accueille une exposition permanente (Univers de particules) et de nombreux événements disponibles au public.

Visionnez le sujet fais par la Radio Télévision Suisse avec les interviews de Hervé Dessimoz et Thomas Büchi.